Poèmes saturniens ; fêtes galantes

Poèmes saturniens ; fêtes galantes

À propos

«Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime, Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend [...].»«Mon rêve familier»OEuvre de jeunesse, ces Poèmes saturniens ont la fraîcheur et la mélancolie de l'âge tendre. Empreints d'une spiritualité parfois sombre et d'une beauté languissante, ils annoncent déjà le symbolisme, et laissent transparaître cette éblouissante musicalité qui distinguera l'oeuvre future.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Poésie

  • EAN

    9782290343371

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    94 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    13 cm

Infos supplémentaires : Broché  

Paul Verlaine

1844-1896 La famille de Verlaine appartient à la petite bourgeoisie: son père, comme celui de Rimbaud, est capitaine dans l'armée. Il naît à Metz et fait ses études à Paris. Puis, il est employé à l'Hôtel de Ville. Il collabore au premier Parnasse (1866) et fréquente cafés et salons littéraires parisiens. En 1870, il épouse Mathilde Mauté avant de rencontrer Rimbaud. Il quitte alors son épouse pour suivre le jeune poète en Angleterre et en Belgique. En 1873, il le blesse d'un coup de revolver et est condamné à deux ans de prison qu'il purge à Bruxelles et à Mons. A sa sortie, il se rend à nouveau en Angleterre, puis à Rethel et exerce une charge de professeur.ÿEn 1894, il est couronné "Prince des Poètes" et doté d'une pension. Usé prématurément, il partage son temps entre le café et l' hôpital. Il meurt dans la misère en 1896, à Paris.ÿVerlaine demande à la poésie d'être un chant discret et doux, traduisant des impressions indécises. En 1896, il s'est rallié au symbolisme que venait de lancer Moréas.

empty