Carnets de l'interprète de guerre

À propos

À l'automne 1941, lorsque, abandonnant ses études de philosophie, de Lettres et d'Histoire, elle s'engage auprès de l'Armée rouge pour devenir interprète, la jeune Elena Rjevskaïa n'imagine pas qu'elle vient d'être happée par les flots incontrôlables de l'Histoire. Au gré des batailles qui grondent en Russie, en Pologne et en Allemagne, elle accompagne les membres de l'état-major soviétique afin de traduire les documents dérobés à l'ennemi et d'interroger les prisonniers de guerre. C'est ainsi qu'elle parcourt, à vingt ans à peine, la distance qui sépare Moscou de Berlin, et entre dans la capitale du Reich avec les troupes russes au printemps 1945. Après la capitulation allemande elle participe à la découverte et l'identification du corps d'Adolf Hitler dans son bunker. Elle est la première à lire les documents personnels d'Hitler mais aussi les carnets de Goebbels ainsi que la correspondance personnelle de sa femme Magda. C'est sur cette trajectoire hors du commun que revient l'auteur, dans des mémoires inédits en français qui éclaircissent plusieurs épisodes de la Deuxième Guerre mondiale et leurs conséquences en Russie. Dans ses mémoires, Elena Rjevskaïa raconte de manière détaillée, documents à l'appui, toute l'histoire de la découverte et de l'identification du corps du Führer, à partir d'un morceau de sa mâchoire et de quelques dents. Avec une rigueur d'historienne, elle revient sur les méthodes d'autopsie précises des corps d'Hitler, d'Eva Braun et des Goebbels, révélant tout des interrogatoires et des déclarations des témoins des derniers jours du troisième Reich et du contenu des carnets de Goebbels, de Martin Borman ou de Rattenhuber, garde-du-corps personnel de Hitler. Rjevskaïa fait ensuite état de la bataille qu'elle a dû mener à son retour en Russie pour faire connaître ce qui a été découvert. Car le pouvoir soviétique, qui entendait entretenir le mythe de la menace nazie, a étouffé l'enquête, dissimulant les preuves et réduisant au silence Elena et son équipe.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Histoire généralités > Biographies / Monographies

  • EAN

    9782267021578

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    430 Pages

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    3 cm

  • Poids

    364 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Elena Rjevskaïa

Elena Rjevskaïa est née en 1919. Elle a fait des études de Philosophie, de littérature et d'histoire avant d'obtenir un diplôme lui permettant de devenir interprète de guerre. Dès février 1942, elle a été envoyée sur le front des combats, aux côtés de l'armée soviétique qu'elle a accompagnée de Rzhev à Berlin.Au cours des derniers jours de la guerre, elle a pris part à l'inspection du bunker d'Hitler, quelques jours après son suicide. Elle a participé à la découverte et à l'identification des corps d'Hitler, d'Eva Braun, de Joseph Goebbels, sa femme et ses enfants. Rjevskaïa a passé les quatre mois qui suivirent dans les quartiers généraux de l'armée, inspectant les documents lies à l'histoire des derniers jours du Reich en vue de leur archivage. Parmi ces documents figuraient entre autres des papiers personnels d'Hitler et Goebbels : leurs volontés, la correspondance de Goebbels avec sa femme Magda ainsi que les journaux de Goebbels. Mais Staline ayant personnellement interdit à quiconque de révéler que le corps d'Hitler avait été retrouvé, Rjevskaïa a dû attendre 1965 pour pouvoir publier son récit, à compte d'auteur, à Berlin (depuis, son récit a été traduit dans de nombreuses langues, dont l'italien, l'allemand, l'espagnol, le japonais, le finnois). Les efforts de Rjevskaïa ont été précieux pour les historiens qui ont ainsi pu travailler sur des documents encore totalement inédits. Rjevskaïa est également l'auteur de deux célèbres documentaires sur la période de la Deuxième Guerre Mondiale (Berlin, Mai 1945 et Goebbels qui est un portrait du personnage fondé sur ses carnets), Elle a aussi écrit six romans marqués par la guerre et la volonté historiographique d'en révéler la réalité nue, au-delà des mythes et des tentatives de récupération politique, notamment celle de Staline. Elle a reçu la médaille d'or de l'Union des écrivains russes et a été distinguée à deux reprises par le quotidien Moskovskiye Novosti. Elle a également reçu le prix Andrei Sakharov récompensant le courage personnel d'un écrivain et le prix littéraire Venets. Enfin, elle a été faite citoyenne d'honneur de la ville de Rzehv. Elena Rjevskaïa vit à Moscou.

empty