La confession de Massoud

Résumé

En août 2001, Olivier Weber porte son livre, Le Faucon afghan, au commandant Massoud. Deux jours avant les attentats du 11 Septembre 2001, le « Lion du Panshir » est tué dans un « attentat suicide ». Dans La Confession de Massoud, Olivier Weber emprunte la voix de celui qu'il a bien connu pour écrire un texte entre fiction et essai. Il porte le message que Massoud n'aura pas eu le temps de livrer au monde : une véritable profession de foi en faveur d'un Islam des Lumières. Dans cette confession imaginaire, un médecin, Hugo Baryton, qui connaît bien Massoud et la vallée du Panshir, est présent au moment de l'assassinat du « Lion ». Daoud, fidèle ami et responsable de la sécurité de Massoud, lui remet les enregistrements de ses dernières paroles, des confessions dans lesquelles il revisite le sens de son combat, se livre à un plaidoyer pour un Islam de la tolérance, qui s'incarne dans une vision poétique de la vie. Ce récit, au-delà de l'hommage rendu à Massoud, est une invitation à la liberté, à la tolérance et à la concorde entre les peuples. Le message de Massoud est un message de paix, celui qu'il aurait voulu transmettre et pour lequel, toujours, il a combattu.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782081274143
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 192 Pages
  • Longueur 21 cm
  • Largeur 13 cm

Série : Non précisée

Rayon(s) : Littérature générale > Romans & Nouvelles

Olivier Weber

Né en 1958, Olivier Weber est un écrivain-voyageur, grand reporter et correspondant de guerre français. Il couvre de nombreux conflits, qui lui inspireront des reportages, des récits de voyages, des romans ou des essais. Il est déjà l'auteur de deux livres sur Massoud : Le Faucon afghan (Robert Laffont, 2001) et Le Grand Festin de l'Orient (Robert Laffont, 2004) et a réalisé un documentaire en 2000, L'Opium des talibans. Ses romans et récits de voyage ont été traduits dans de nombreux pays.

empty