Les réformes ratées du président Sarkozy

Les réformes ratées du président Sarkozy

,

Résumé

Le 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy était élu président de la République. Son programme promettait le changement à une France réputée irréformable. Trois ans plus tard, des domaines aussi sensibles que les retraites, le contrat de travail, la représentativité syndicale ont fait l'objet de lois, ou de protocoles d'accord, sans anicroche notable. Nicolas Sarkozy serait-il en train de réussir là où ses prédécesseurs ont échoué ? Un examen minutieux des réformes entreprises prouve que la réalité est tout autre. En s'attachant à quelques cas particuliers - réforme des régimes spéciaux de retraite de la SNCF, d'EDF et de la RAFT, " modernisation " du marché du travail, réforme des taxis, hausse du pouvoir d'achat défiscalisation des heures supplémentaires... - et en retraçant le cheminement tortueux qui mène des intentions aux résultats, cet ouvrage effectue une plongée salutaire dans les failles de notre système politique et permet de comprendre pourquoi la méthode choisie par Nicolas Sarkozy, mêlant conciliation et volonté d'étouffement, a échoué.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782081238022
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 258 Pages
  • Longueur 18 cm
  • Largeur 11 cm

Série : Non précisée

Rayon(s) : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Vie politique française > Hommes / Femmes politiques

Pierre Cahuc

Économiste du travail, Pierre Cahuc est professeur à l'École polytechnique depuis 2007. Il est membre du Conseil d'analyse économique, chercheur au Centre de recherche de l'Insee et au Centre for Economic Policy Research de Londres. Il dirige le programme « Labor Market Institutions » de l'IZA de Bonn. Auteur du livre Le Chômage : fatalité ou nécessité ?ÿ(avec André Zylberberg, Flammarion, 2004), il a également publié La Machine à trier :ÿComment la France divise sa jeunesse (Eyrolles, 2011).

empty