Le destin de mary rose - - traduit de l'anglais

Le destin de mary rose - - traduit de l'anglais

À propos

Aucun résumé n'est disponible

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782080645500

  • Disponibilité

    Manque sans date

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2 cm

Infos supplémentaires : Broché  

Caroline Blackwood

Caroline Blackwood (1931-1996) est issue d'une riche famille aristocratique anglo-irlandaise. Par sa mère, elle est une héritière Guinness. Très tôt, elle mena une vie mouvementée. Elle est décrite comme une muse, bien que ses mariages avec trois génies - elle se maria avec le peintre Lucian Freud, puis avec le pianiste et compositeur Israel Citkowitz, et enfin avec le poète Robert Lowell - furent aussi inspirants que tourmentés. Outre une personnalité incroyable, on lui reconnaît une beauté captivante et sans pareille. Mais Blackwood fut elle-même une artiste douée : elle écrivit dix livres marqués par son caractère, qui était aussi complexe et ombrageux que celui de ses amants-artistes. ÿÀ 19 ans, elle rencontre Lucian Freud (l'un des peintres figuratifs les plus importants) avec qui elle part à Paris. Ils retournent vivre à Londres et se marient en 1953. Elle y fréquente les cercles d'artistes et écrit pour des périodiques (Encounter, London Magazine). Après avoir quitté Lucian Freud, elle part pour New York et pour Hollywood où elle tourne dans plusieurs films. Elle épouse alors le pianiste américain d'origine polonaise Israel Citkowitz, avec qui elle a trois enfants. Lorsqu'elle retourne à Londres, Caroline Blackwood rencontre Robert Lowell, déjà reconnu comme un des plus grands poètes du XXe siècle aux États-Unis. En 1970, il quitte l'écrivain Elizabeth Hardwick pour épouser sa nouvelle muse. Leur relation passionnelle est bouleversée par les tendances maniaco-dépressives de Robert Lowell. Il retourne à New York où il mourra dans un taxi alors qu'il allait rejoindre son ex-épouse Elizabeth Hardwick, un portrait de Caroline peint par Lucian Freud serré dans ses bras.ÿDix ans plus tard, en 1987, Caroline retourne aux États-Unis où elle continue d'écrire, bien qu'épuisée par ses problèmes d'alcoolisme. Elle meurt d'un cancer à l'âge de 64 ans.

empty