Philippe Artières. Le bureau des Archives Populaires